Périple au Sichuan 四川 (1/5)

voyage Chine sichuan photographie astuces

Dates du périple: 02/10/2018 - 09/10/2018

Une de mes plus fortes envie était de retourner au plus “près” (les distances sont relatives en Chine, vu la taille du pays) de la frontière tibétaine et rien de mieux que la région du Sichuan pour cela. Me voilà donc partie, avec 8 autres de mes comparses étudiants, un mois après mon arrivée en Terre du Milieu.

Malheureusement, malgré le fait que ce soit la bonne saison, ce n'est pas le meilleur moment pour voyager en Chine. En effet, début octobre, durant la semaine de la golden week (黄金周, une des deux semaines de congés accordées par le gouvernement), toute la Chine est en vacances. Quelques centaines de millions de chinois profitent de cette période pour faire du tourisme à travers leur pays. Les sites touristiques sont pris d'assaut et les transports sont bondés. Cependant nous n'avons guère de choix: se sont également les seules vacances que nous aurons durant notre semestre d'études étant donné que Noël n'ai pas officiellement fêté en Chine.

À cause du nombre élevé de déplacements et notre organisation un peu tardive, nous partons du mardi au mardi (séchant peut être un ou deux cours au passage). Nous n'avons donc qu'une courte semaine, le temps nous est compté. Nous ne pourrons pas tout voir, juste un aperçu, un mirage, un fragment de couleur de cette région de la Chine.

Pour aller dans la région du Sichuan, il faut se rendre à Chengdu, sa capitale, en avion ou en train. Modestes étudiants que nous sommes, nous avons choisi les quatorzes heures de train en seconde classe. Les sièges sont confortables et la place pour les jambes est suffisante. C'est long mais soutenable. Il faut penser à prévoir à boire et à manger pour la voyage. Il est possible d'acheter des boissons ou des encas dans le train mais bien-sûr à un prix plus élevé.

Comme prévu le train est bondé, contexte golden week. Les enfants crient et courent dans les wagons, les touristes chinois mettent de la musique à tout bout de champ et crachent par terre. Il y a de quoi s'agacer assez rapidement et perdre patience devant ce capharnaüm, mais il faut comprendre que c'est leur culture. Ici il s'agit de la normalité, bien différente de la notre. Pour ma part je suis bien trop heureuse d'être là, prête à découvrir et m'abreuver de toutes les expériences possible, pour me laisser prendre à l'énervement.

Les articles sur les lieux que nous avons pu voir dans la région du Sichuan:

Petit aftermovie réalisé par un des comparses: Chinese Golden week: Chengdu, Leshan, Songpan & Huanglong

Article précédent Article suivant